sun-ken rock scan manga fr

Scan Sun-ken Rock

‘lut !

C’est moi encore et voici pour vous une présentation du scan manga de Sun-ken Rock, un manga seinen licencié par Doki-Doki. Il manquait dans le catalogue de Doki Doki un manga de baston. Même si Ping Pong Dash s’en rapproche, c’est avec Sun-Ken Rock que l’éditeur franchit véritablement le cap, et avec brio !Sun-Ken Rock est une sorte de manga à double-fond. Dès le premier tome, on remarque le dessin exceptionnel de Boichi (qui s’améliorera au fil des tomes), ainsi que les personnages charismatiques et classe, et les bastons ultra-badass qui mettent en avant la musculature et la puissance des combattants. Mais c’est sans compter sur le talent de Boichi qui, petit à petit, arrive à nous plonger totalement dans son manga, grâce à deux éléments parfaitement combinés : action et humour. En effet, on ne peut que reconnaître la grande qualité visuelle de l’œuvre. Les scènes d’action très dynamiques, servies par un coup de crayon précis et détaillé, contrastent parfaitement avec un humour omniprésent, à base de situations farfelues et de personnages subitement dessinés de manière plus légère, voire déformée. Et sur ce dernier point, Boichi réalise également un excellent travail, les mimiques des personnages étant souvent hilarantes.

Rien que pour ces quelques caractéristiques, certes banales mais pas forcément maîtrisées dans tous les mangas, Sun-Ken Rock vaut le détour. Mais ce manga (ou manhwa puisque l’auteur est coréen) est plus riche et complexe qu’il n’y parait. Toute l’histoire tourne autour du personnage de Ken, le héros, qui évolue au fil de l’histoire au gré de ses rencontres et de ses combats. Chaque tome, chaque nouveau personnage qui croise, le mène à une plus grande connaissance de lui-même. La progression de Ken s’apparente à une sorte de parcours initiatique dont la finalité est de comprendre qui il est vraiment. De plus, Boichi aborde des thèmes assez peu exploités dans le milieu du seinen comme la bulle financière immobilière qui ronge la Corée, l’exclusion et la haine vécue par les immigrés ou encore le statut de l’État vis-à-vis des gangs et des gundals.

En partant de pas grand-chose, Boichi parvient au fil du temps à proposer une série passionnante et profonde. Il est vrai que le scénario comporte quelques maladresses, que le rythme n’est pas toujours bien maîtrisé et que l’auteur abuse parfois de la nudité et du sexe (à la limite du hentai), mais cela ne pèse pas assez lourd dans la balance pour nous faire regretter d’avoir commencé ce manga. On appréciera aussi beaucoup le travail fourni sur les décors, Boichi n’ayant pas hésité à aller prendre des photos sur place pour rendre son manga meilleur.

Dans l’univers du Seinen, Sun-Ken Rock se situe clairement parmi les meilleurs et je ne saurais que trop vous le conseiller, autant pour ses qualités plastiques que pour sa mise en scène et son scénario.

Voici le synopsis du manga :

Kitano Ken, un jeune Japonais, débarque à Séoul avec un seul but : devenir agent de police comme Yumin, la fille qu’il aime. C’est le début pour lui d’une succession de galères…
Alors qu’il pleure son désespoir au comptoir d’un resto ambulant, des mafieux viennent s’en prendre au patron. Le sang de Ken ne fait alors qu’un tour et les coups de poings volent ! Ce que Ken ignore, c’est que Tae-soo, le boss d’un gang de quartier, a apprécié sa réaction et ses qualités de combattant. Il compte bien l’enrôler dans sa bande. Bastons, jolies femmes et costards de marque : pour Ken, c’est le début d’une nouvelle vie mouvementée… et pleine d’humour !

Pour télécharger/acheter les chapitres/tomes du manga, c’est par ici :

télécharger les chapitres

Bonne lecture, merci à l’auteur/éditeur et à très vite pour plus de mangas.

Sasuke

Depuis 2011, Boss et Webmaster du site japan-mangas.com et la team Jeux-Mangas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TO DOWNLOAD, COPY AND PASTE THE FOLLOWING LINE INTO YOUR IRC CLIENT:



(CLICK ANYWHERE OUTSIDE THIS BOX TO CLOSE THE OVERLAY)